Politique

Législatives au Togo : 500 000 FCFA, la caution de trop ?

Le montant du cautionnement que chaque candidat aux prochaines élections législatives devra payer, est passé de 100 000 (en 2018) à 500 000 FCFA (en 2024). Si cette augmentation vise à dissuader les candidatures frivoles ou opportunistes, elle passe très mal chez l’opposition.

Réagissant à cette hausse qu’elle qualifie de « vertigineuse », elle dit voir plutôt « une volonté du gouvernement d’exclure certains Togolais, dans un contexte de pauvreté dont lui-même est responsable ».

A en croire certains leader de l’opposition, cette augmentation pourrait empêcher la participation aux élections, les candidats issus de milieux défavorisés ou ceux qui n’ont pas les ressources financières nécessaires pour payer la caution.

Pour la Dynamique pour la majorité du peuple (DMP), le gouvernement témoigne de sa volonté d’exclure une grande partie des Togolaises et des Togolais « incapables » de réunir ce montant exorbitant dans le contexte de pauvreté dont le régime est responsable.

« On s’était préparé sur la base de l’ancien montant de 200.000 et voilà qu’on nous donne à peine trois semaines pour aller mobiliser jusqu’à 500 000. On va se débrouiller »

Paul Dodji Apévon (FDR)

A noter tout de même que le montant de la caution peut être remboursable, si la liste obtienne au minimum 5% des suffrages.

Inversement, il peut être non-remboursable en cas de non-respect des règles électorales ou de résultats insuffisants.

Portrait, pub et couverture médiatique… Joignez-nous au (+228) 90243980 / 70223686

About author

Blaise AKAME / Directeur de Publication