Entrepreneuriat

Léo Kanyi, le jeune qui veut conquérir les rayons togolais avec le bissap

Léo Kanyi_togopeople

Alors qu’il avait encore tout son potentiel à faire valoir dans le secteur bancaire où il a fait ses armes, Léo Kanyi, jeune juriste, décide de prendre en main son destin en se positionnant sur un secteur tout particulier. Celui qui est connu aujourd’hui comme le patron des entreprises Kanyi Group et Kanyi Express se lance dans la transformation de la fleur d’hibiscus, communément appelée bissap, depuis 8 ans. Début d’une aventure qui prendra au fil des ans, des relents d’un choix éclairé.

Il est 18h30. L’équipe s’active pour les derniers réglages du festival du bissap qui se tient le 25 juin à l’Agora Senghor de Lomé. L’événement initié par Kanyi Group permet de célébrer les 8 ans de l’entreprise et de se rapprocher davantage des clients.

Le directeur général qui vient d’arriver d’un voyage, traite certains dossiers en attente. Dans son bureau, plusieurs attestations et distinctions accrochées au mur rappellent son parcours.

4 ghiyg

Après une maîtrise en droit des affaires, Carrières judiciaires et un Master en Management des Ressources Humaines entre 2012 et 2014, Léo Kanyi sera employé plus tard dans une banque à Cotonou. Face à la fatigue des après-midis de travail, l’entrepreneur se lance dans la recherche de solutions pouvant apporter une nouvelle énergie à ses collègues. Il découvre les vertus de la fleur d’hibiscus et décide de les valoriser. « Mon contrat était aussi arrivé à terme et je devais rester à la maison. Je me suis dit qu’au lieu d’écrire des lettres de demande d’emplois à plusieurs structures, je vais mettre ce temps à profit », se rappelle-t-il.

Passionné du commerce

Avant de se lancer dans cette aventure, en 2008, alors qu’il était encore étudiant à l’Université d’Abomey Calavi, Léo faisait la distribution des déodorants à Cotonou. Ce goût pour le commerce lui a permis de croire en son projet de transformation agroalimentaire. 

Celui qui a passé 10 ans au Bénin entre études et travail décide de rentrer dans son pays pour développer son initiative. Au début, il opère dans l’informel avant de formaliser son entreprise de transformation de bissap en 2018. Avec un seul produit au départ, Kanyi Group offre aujourd’hui 7 saveurs à ses clients, notamment le thé bissap, le thé biss minceur, le thé biss artemesia, le thé biss viagra, l’artemisia de 25g et de 50 g et un pack familial de 200 g, lancé tout récemment.

3 ghiyg

Si au début du projet, le jeune entrepreneur cultivait les fleurs d’hibiscus lui-même pour s’assurer de leur bonne qualité, Léo Kanyi confiera plus tard cette responsabilité à d’autres producteurs qu’il a pris le soin de former. « Il y a une sorte de semence que je désire, il faudrait que ce bissap me soit produit tout le temps pour ne pas changer le goût de mes thés », précise t-il. Ses semences sont cultivées sans intrants chimiques. Cette exigence lui permet d’offrir de meilleurs produits à ses clients. De la récolte à la distribution des thés bissap en passant par le séchage, le tri, la production… il surveille méticuleusement la chaîne pour éviter toute erreur.  

Pour le jeune entrepreneur, le bilan de toutes ces années de sacrifices est positif. « Pour toutes sortes de jeunes structures, la période de 0 à 10 ans permet d’équilibrer la barre. Ce n’est pas un moment où on fait forcément un bénéfice de 40 ou 50 millions FCFA. Durant ces années vous êtes obligés de maintenir le cap pour pouvoir aller jusqu’au bout », soutient-il. 

Confronté aux frais de douane élevés et à d’autres difficultés pour envoyer ses produits aux Etats Unis et en France, l’entreprise se concentre pour l’instant sur l’Afrique de l’ouest. Ils sont commercialisés dans plusieurs pays de la région, notamment au Bénin, au Niger, au Mali, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.  

Kanyi Express, l’autre paire de manches 

La formalisation en 2022 de son entreprise, Kanyi Express, spécialisée dans la livraison, est soutenue par la distribution de ses thés. L’augmentation de la demande de livraison de ses produits l’a amené à engager un coursier pour le ravitaillement des pharmacies, des supermarchés et d’autres clients. « A un moment, j’ai remarqué que je n’étais pas seul dans le besoin ; d’autres personnes souhaitaient qu’on leur fasse des courses. D’où la mise en place de ce service », indique-t-il.

En dehors de la direction qui se trouve à Lomé, Kanyi Express dispose d’une agence à Kpalimé pour desservir la région des Plateaux. Avec ses nombreux services dont la livraison des courses, des produits pharmaceutiques, des linges, la distribution des courriers, la société enregistre un bilan positif et le promoteur projette de l’étendre à d’autres villes du pays. 

2 ghiyg

Disponibilité des ressources humaines 

Le principal défi de l’entrepreneur est lié aux ressources humaines. « La majorité des entrepreneurs ont des difficultés d’accès au financement. Pour moi, ce sont les ressources humaines. Parce que même si on vous donne 10 milliards FCFA et que vous n’avez pas des ressources humaines qualifiées, compétentes et dévouées à la tâche, votre projet ne peut pas prospérer », explique-t-il. Certes, il a bénéficié de nombreux appuis techniques de l’Etat, mais Léo Kanyi a plus développé ses entreprises grâce aux prêts obtenus auprès des institutions privées.

En 8 ans, l’entrepreneur revendique plus de 1 000 emplois directs et indirects créés au Togo. Il veut poursuivre l’extension de ses projets. « Mon ambition après 10 ans, est de couvrir toute l’Afrique et de m’introduire dans le marché européen. Je ne doute pas de la qualité de mes produits », souligne-t-il.

Fort de ses expériences, Léo Kanyi encourage le gouvernement à mettre à disposition de la jeunesse togolaise des dispositifs d’accompagnement pour accroître le rythme de création et de pérennisation des entreprises.  

Source : Togo First

About author

Directeur de Publication / Contact : +22890243980