Politique

« Mon pays me manque », lieutenant-colonel Damiba en exil à Lomé

Exilé dans la capitale togolaise depuis octobre 2022, après son reversement lors d’un putsch mené par le capitaine Ibrahim Traoré, l’ex-président de la transition burkinabé a le mal du pays. Logé dans une résidence d’État située dans le quartier huppé et sécurisé de la cité OUA, près du palais présidentiel, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba affirme tout de même être dans de bonnes conditions.

Dans un entretien exclusif avec le journaliste Alain Foka, Paul-Henri Sandaogo Damiba évoque entre autres: son putsch en septembre 2022, sa relation avec la France, avec les russes, des raisons de sa chute, du départ de l’opération sabre, de ses projets.

« Mon pays me manque évidemment, mais je suis également dans de bonnes conditions à Lomé et je suis tout autant pressé de retrouver le pays de mes parents et de mes grands-parents. Je pense que c’est une histoire de cœur. Le sang qui coule dans mes veines est burkinabè. La porte du pays n’est pas fermée.  (…) J’ai préféré ce recul-là également pour permettre aux nouvelles autorités de conduire selon leur vision pour la stabilité du pays », a indiqué le président déchu.

Lire ci-dessous, l’intégralité de l’entretien :

About author

Directeur de Publication / Contact : +22890243980