Canal Box

Life Style

Onimy Cosmetics, la passion de Yasmine Ouro-Bang’na pour les produits de beauté « made in Togo »

Elle promeut depuis quelques années, sa marque de produits cosmétiques au Togo. Pour la jeune Yasmine Ouro-Bang’na, ce qui a commencé d’abord comme un simple “job” lié à sa propre passion pour la beauté, s’est très vite transformé en une petite entreprise de vente et de distribution, dans un secteur qui fait peu parler de lui dans les grands cercles mainstream, mais qui pourtant, occupe un pan important des actes de consommation au quotidien : les cosmétiques et produits de beauté. Togo First est allé à la rencontre de la marque Onimy Cosmetics, et de sa promotrice. Interview. 

TF : Parlez-nous un peu de votre entreprise 

YOB : Je m’appelle Yasmine Ouro-Bang’na. Je suis entrepreneure dans le domaine cosmétique, et fondatrice de la marque de produits cosmétiques Onimy. Onimy Cosmetics est une marque de produits cosmétiques qui est spécialisée pour le moment dans la vente de produits pour les yeux et pour les lèvres. Pour les yeux, pour les lèvres.

TF : Concrètement, c’est quoi ?

Ce sont les faux-cils, par exemple. Les faux-cils, le maquillage, Eye Liner, la colle à faux-cils, pour les lèvres, il y a les gloss, les rouges à lèvres, le gommage à lèvres, le baume à lèvres. Je suis dans le business depuis bientôt 4 ans.

TF : Comment êtes-vous rentrée dans ce business ?

YOB : En fait, je parlais une fois avec une amie, et elle me disait qu’elle vendait des “faux-cils”. Donc, elle m’a dit de passer à la maison, voir les modèles qu’elle proposait. Je suis partie la voir, j’ai été intéressée, et l’idée a commencé à germer. A l’époque, c’était “chaud” pour moi, il fallait que moi aussi, je fasse quelque chose pour gérer mes petites dépenses à la maison. Et c’est ainsi que tout a démarré pour moi. J’ai commencé par un petit lot. J’ai pris 15 paires de faux-cils, sur fonds propres. 

Pour le moment, j’importe mes produits, via des fournisseurs à l’étranger. C’est moi qui choisis tout : la boîte, la couleur, le produit, les ingrédients.

Et eux, ils m’envoient ça ici.  Pour le moment, nous ne produisons pas à Lomé. Le “consommer local”, c’est important, mais dans le cosmétique, c’est compliqué pour le moment. Les défis, comme le packaging, sont très importants, surtout pour un petit entrepreneur comme moi.  Pour le moment, j’ai eu la chance d’avoir de très bons fournisseurs qui me font de très bons produits.

TF : Jusqu’à la création de votre marque…

YOB : “Onimy” est le prénom de ma mère. Cela a pris forme doucement et de façon naturelle…Plus les gens achetaient, plus il fallait que je marque la différence avec les autres vendeurs. Parce que, je passais beaucoup par WhatsApp pour vendre, avant de créer une page Instagram. Et j’ai remarqué que les gens commençaient à copier. Ils prenaient mes photos, et créaient eux aussi, une page.

La solution, pour moi, a été de créer ma propre marque, pour me démarquer. Le maquillage, c’est quelque chose que j’ai appris à aimer, en fait, moi-même, je me maquille presque tout le temps, donc je suis mon premier modèle. J’ai pris du plaisir, à choisir les modèles de faux-cils, à vraiment parler avec mes clients, à les convaincre.

TF : Parlez-nous des étapes clés du développement de votre entreprise 

Au début, ça n’a pas toujours été simple. J’avais même du mal à écouler mon stock. J’ai arrêté de vendre pendant 9 mois, à cause de défis personnels. Mais j’ai repris, et je suis allée à la customisation de mes produits. Vu que c’est quelque chose que j’aimais, j’ai tenu bon. 

YOB : Le terme est très à la mode aujourd’hui, mais est-ce que vous vous considérez comme “une entrepreneure” ?

Je suis en tout cas en chemin ! Enfin, je pense qu’“entrepreneure”, ça doit avoir un sens fort, qu’il faut avoir accompli beaucoup, apporté plus. En tout cas, les autres, les clients, me disent que je suis maintenant “entrepreneure”. Je le prends avec le sourire.  

TF : Avez-vous été confrontée à des difficultés dans votre parcours ? 

YOB : Oui. Elles ont été nombreuses. Par exemple, les gens qui copiaient beaucoup mon business ; les clients qui paient ton produit, mais n’aiment pas mettre de commentaire public, ou le présenter, parce que ce n’est pas “une marque connue”. Les clients achètent et consomment, mais n’ont pas forcément envie d’associer leur image au produit. Or, notre business a besoin de visibilité, ça me fait toujours plaisir que la personne porte le produit et qu’elle me “tague” ou “tague” ma page sur les réseaux. C’est de la reconnaissance pour mon travail. 

Hormis ceci, il y a aussi les périodes de haut et de bas, en termes de ventes ; parce que quand tu entreprends, ce n’est pas chaque jour que tu vends. Tu peux faire deux semaines, sans réaliser de vente significative, mais tu as une affaire à faire tourner. 

TF : Racontez-nous votre expérience de la vente en ligne

J’ai un bon retour d’expérience de la vente en ligne, mais ce n’est pas toujours évident ; en plus, il faut diversifier. A part le fait de vendre en ligne, il faut quand même avoir une boutique physique. Parce que ce n’est pas tout le monde qui est en ligne, par exemple. Ce n’est pas tout le monde qui a un compte Instagram, par exemple. 

YOB : En termes de chiffre d’affaires ? 

Je ne suis pas riche, mais ça va quand-même. Si je me plains, c’est que je ne suis pas reconnaissante. Pour la suite, ma vision, c’est que toutes les filles de Lomé utilisent mes produits. Si j’arrive à prendre au moins, 70% de la population des filles togolaises, je serai trop contente. Ce sera une étape vers de plus grands défis, pourquoi pas, un jour, m’étendre à l’Afrique de l’Ouest. 

TF : Avez-vous été affectée par la hausse des prix ces dernières années, surtout en pleine Covid ?

Énormément, c’était chaud ! Lorsque les prix du fret ont augmenté, cela a beaucoup affecté nos prix à la vente. Les prix au kilo sont par exemple montés de 7000 à 9 000 FCFA, ce qui s’est répercuté sur l’ensemble de ma chaîne. Avec une clientèle frileuse avec son argent, ça n’a pas été évident. J’ai dû m’adapter, trouver d’autres formules pour baisser les coûts d’importation. 

YOB : Un mot pour conclure cet entretien ? 

J’aimerais juste demander humblement, de prêter aussi attention à ce domaine, celui des cosmétiques. Le secteur porte de la valeur, et joue quand même un rôle important dans notre vie de tous les jours. 

Source : Togo First

About author

Blaise AKAME / Directeur de Publication