Politique

Révision constitutionnelle : Prof. Kokoroko s’en mêle !

Au Togo, le passage du régime présidentiel au régime parlementaire continue de faire jaser. Dans cet imbroglio politique, le ministre des Enseignements primaire et secondaire, Komla Dodji Kokoroko dit avoir du respect pour l’opposition. Mais la réalité, « elle a juridiquement tort ». 

Pour ce cadre d’UNIR (majorité présidentielle), les critiques de l’opposition ne sont pas fondées.

« L’opposition a été politiquement absente du jeu politique ». « Si ces partis n’avaient pas boycotté les législatives de 2018, ils auraient eu des députés et auraient alors pu se prononcer librement », a-t-il affirmé vendredi, comme relayé par nos confrères de Republicoftogo.

Dans ce bras de fer entre pouvoir et opposition, Prof Kokoroko estime pour sa part qu’il faut « dépassionner le débat et dédramatiser les évolutions constitutionnelles ». 

A rappeler que si cette Constitution est promulguée et si le parti au pouvoir repasse le 20 avril prochain, le chef de l’État, Faure Gnassingbé, ne sera plus chef de l’État.

Mais deviendra président du Conseil des ministres, élu par les députés.

About author

Blaise AKAME / Directeur de Publication