Politique

Togo : Kpatcha évacué au Gabon, l’ASVITTO salue la « sagesse » de Faure Gnassingbé

Arrêté en 2009 avec une trentaine de personnes puis condamné en 2011 à 20 ans de prison pour atteinte à la sûreté de l’État, Kpatcha Gnassingbé va au plus mal. En raison de sa longue incarcération et de la sédentarité, renseigne-t-on, l’ancien ministre de la Défense souffre d’importants problèmes de circulation au niveau des jambes. Et son état nécessitait une opération chirurgicale afin d’éviter une amputation. D’où l’évacuation sanitaire de l’homme de 53 ans à Libreville, depuis quelques jours.

Ainsi, le demi-frère du chef de l’Etat a bénéficié jeudi 23 mars d’un vol spécial à destination de Libreville, en compagnie de son épouse.

Le départ de Kpatcha Gnassingbé pour Libreville a été confirmé par plusieurs sources au sein de son entourage et des institutions togolaises.

Selon un membre de son entourage, cité par RFI, le matériel nécessaire n’était pas disponible à Lomé et il a été autorisé à quitter le pavillon militaire du Centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio où il avait été déplacé voilà plusieurs mois, pour le Gabon, pays dont on connait la proximité avec le Togo.

Dans la foulée, renseigne-t-on, un spécialiste, spécialement venu d’Israël, n’a pas pu améliorer la situation et son médecin personnel, a demandé récemment dans une lettre son évacuation vers la Tunisie.

Et il faut préciser que cela fait plusieurs années que ces avocats alertent sur son état de santé.

Dans un communiqué, L’Association des victimes de la torture au Togo (Asvitto) a salué la sagesse du chef de l’État » et la fin d’une « détention arbitraire » qu’elle souhaite voir élargir aux deux autres condamnés toujours derrière les barreaux.

« Nous invitons le chef de l’État à élargir la table des négociations qui est restée jusque-là familiale, à toutes les autres victimes pour permettre de fermer pour de bon ce dossier qui n’a que trop duré ».

Abi Atti et Kokou Tchaa Dontema.