Economie

« Les performances économiques du Togo sont restées robustes en 2023 », selon FMI

Au Togo, la croissance économique est restée solide, et estimée à 5,6 % en 2023, tandis que l’inflation a chuté à 2,6 %, en avril 2024. Ces chiffres positifs ont été dévoilés par une récente mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Hans Weisfeld dans le pays d’Afrique de l’Ouest.

La mission du FMI qui s’est achevée le 7 juin dernier, a noté des progrès significatifs dans divers domaines. En premier lieu, les recettes budgétaires globales ont été portées à 16,8 % du PIB en 2023, révélant des progrès dans la mobilisation des ressources. Ensuite, elle relève un recul de l’extrême pauvreté, avec un taux passant à 25,8 % en 2023 par rapport à 28,4 % en 2018.

L’évaluation de la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) a également montré des avancées, avec un score de 56,3 sur 100 pour le Togo en 2023, comparé à 54,7 en 2018.

Ces progrès, indique l’institution financière, sont le fruit des initiatives prises par les autorités togolaises, visant à stimuler la croissance par le biais de réformes structurelles, à améliorer le climat des affaires et à renforcer l’inclusion sociale par des dépenses focalisées sur les populations vulnérables.

Le projet Filets sociaux et services de base (FSB) financé par la Banque mondiale, qui a touché plus de 104 000 ménages à travers le pays en 6 ans, a été déterminant dans la réalisation de ces résultats positifs. En effet, les transferts monétaires effectués dans près de 975 localités ont contribué à améliorer la situation des ménages bénéficiaires.

La délégation du FMI a salué les autorités togolaises pour leurs efforts en matière d’assainissement budgétaire et les a encouragées à poursuivre ces actions pour renforcer la viabilité de la dette tout en favorisant la croissance économique.

Rappelons qu’en mars dernier, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé en faveur du Togo un accord de 42 mois au titre de la Facilité élargie de crédit pour un montant de 293,60 millions de DTS, soit environ 390 millions de dollars (200 % de la quote-part), avec un décaissement immédiat de 51,380 millions de DTS (environ 68,3 millions de dollars).